Actualités

Jean-Baptiste Lully
04/07/2016 Paris-Sorbonne

Deux manuscrits conservés à la bibliothèque Clignancourt sur Gallica

Deux manuscrits de l’opéra Alceste de Jean Baptiste Lully (1674) conservés à la bibliothèque Clignancourt sont aujourd’hui accessible dans le monde entier sur Gallica BnF en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France

Repérés comme très rares en 2015 par Messieurs Schneider et de la Gorce dans le cadre de leur étude critique en 39 volumes des œuvres complètes de Lully (à paraître aux éditions Olms, voir plan de publication), voici également ce qu’en dit le professeur R. Legrand : « Il s’agit de manuscrits de copistes, mais ils sont néanmoins extrêmement précieux. En effet, Lully n’a laissé aucun manuscrit autographe de ses opéras. Il avait l’habitude de dicter ses œuvres, au fur et à mesure de la composition, à des secrétaires. Par ailleurs, l’opéra d’Alceste est une de premières œuvres lyriques de Lully (1674), et dans cette phase initiale de création de l’opéra en France, les œuvres lyriques n’étaient pas publiées. La publication d’Alceste est en effet posthume et peu utile pour une édition critique. Ainsi, ce sont des copies manuscrites de ce type qui livrent les versions les plus anciennes des premiers opéras de Lully. Réalisées dans des ateliers proches du compositeur et probablement établies à partir du matériel d’orchestre de l’Opéra (aujourd’hui disparu), elles sont assez nombreuses mais présentent des variantes qu’il s’agit de confronter pour établir une édition critique ». 

Parcourez ces deux partitions sur le site bibliothèque numérique Gallica BnF